chagrin-d-ecole.jpg

 

 

4ème de couverture

Un livre de plus sur l'école, alors ? - Non, pas sur l'école ! Sur le cancre. Sur la douleur de ne pas comprendre et ses effets collatéraux sur les parents et les professeurs.

 

 

Présentation et avis 

 

Daniel Pennac est un écrivain français relativement connu si je puis dire. J'avais lu L'oeil du loup en CM1 mais je vous avouerais en avoir gardé aucun souvenir (précision n'ayant rien à voir avec sa qualité).

 

Chagrin d'école n'est pas un roman c'est un ouvrage autobiographique couplé d'une réflexion sur le système scolaire, en particulier de la manière de travailler avec les cancres. Parce que qu'on ce le dise, D. Pennac était un cancre à l'école. De celui qui a mit plus d'un an à apprendre l'alphabet. 

Pour expliquer ce qu'est un cancre, l'auteur fait des allé/retour entre sa vie de cancre et sa vie de professeur de français dans le secondaire. D. Pennac est donc un cancre devenu prof de français. 

Il va donc faire le tour de tout ces petits trucs qui caractérisent le cancre et qui constituent sa vie. C'est par exemple les mensonges qu'il fait à ses parents qui doivent concorder avec ceux qu'il fait à ses profs et vice et versa dans l'optique d'une future rencontre entre les deux parties. 

 

Les réflexions qu'ils mènent sont très intéressantes pour moi qui vais bosser dans l'éducation nationale ou du moins en lien avec. Et objectivement il est intéressant pour tout le monde je pense. Je le conseille fortement aux parents dont les enfants ont des difficultés dans le domaine scolaire. Vous n'y trouverez pas forcément des réponses mais d'autres points de vue sur ces difficultés et sur la manière de les aborder. Un des points que j'ai beaucoup apprécié c'est la promotion que fait Pennac de l'internat.

 

De l'utilité de l'internat

En effet, il trouve que ces structures sont bénéfiques pour tous les élèves et en particulier pour ceux en difficulté. Cela permet de séparer matériellement et par conséquent psychologiquement et émotionnellement les deux univers de l'enfant : l'école et la famille. C'est parfois la conjugaison, le contact des deux qui met les élèves en difficulté d'apprentissage scolaire. L'internat ne doit pas être présenté (puis vécu par l'enfant) comme une punition mais comme une simple alternative aux établissements "classiques".

Il pousse le vice jusqu'à dire que les établiseements qui fonctionnent le mieux sont ceux où les professeurs sont aussi internes afin d'être vraiment disponibles (mentalement) pour les élèves. 

Pour finir sur ce point, Pennac donne de l'eau à son moulin en faisant remarquer que de nombreux livres et films à succès concernent des ados au sein d'un établissement scolaire, ce dernier étant très souvent un internant comme le montrent Harry Potter, le cercle des poètes disparus, Les Choristes...

 

Les anecdotes sont touchantes et illustrent à merveille les idées de l'auteur. Comme celle d'un père venant se plaindre à Pennac, prof de français de son fils, que ce dernier manque de maturité. Pennac rit doucement quand le lendemain il croise ce même papa en train de faire de la trottinette. 

 

Ayant toujours été une bonne élève, j'avais du mal étant petite (et moyenne ^^) à comprendre comment on ne pouvait pas comprendre en cours. Loin de mépriser ces élèves, je restais simplement dubitative devant leurs difficultés puisque pour moi les choses paraissaient simple. Grâce à mes études (leur difficulté et le domaine), je comprends mieux comment cela est possible et je veux travailler de manière à aider ces enfants. 

 

Comme je l'ai dit plus haut, ce livre apporte vraiment des pistes de réflexion dans le domaine de l'éducation (nationale). 

 

Il se lit bien, sans difficulté. C'est un joli ouvrage (pas matériellement hein, sur ce qu'il raconte). 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Retour à l'accueil