Au pays des kangourous - Gilles Paris [Chronique Express]

[Chronique Express] J'ai beaucoup d'article en retard. Ne me souvenant pas forcément très bien des lectures de ces derniers mois (et mes notes n'étant pas toujours très détaillées) je vous propose de vous présentez rapidement les livres que j'ai lu avec mon avis rapide dessus.

.

4ème de couv'

« Ce matin, j’ai trouvé papa dans le lave-vaisselle. En entrant dans la cuisine, j’ai vu le panier en plastique sur le sol, avec le reste de la vaisselle d’hier soir. J’ai ouvert le lave-vaisselle, papa était dedans. Il m’a regardé comme le chien de la voisine du dessous quand il fait pipi dans les escaliers. Il était tout replié sur lui-même. Et je ne sais pas comment il a pu rentrer dedans : il est grand mon papa. » Simon, neuf ans, vit avec son père Paul et sa mère Carole dans un vaste appartement parisien. En fait, le couple n’en est plus un depuis longtemps, la faute au métier de Carole, qui l’accapare. Paul est écrivain, il écrit pour les autres. Carole est une femme d’affaires, elle passe sa vie en Australie, loin d’un mari qu’elle n’admire plus et d’un enfant qu’elle ne sait pas aimer. Le jour où Paul est interné pour dépression, Simon voit son quotidien bouleversé. L’enfant sans mère est recueilli par Lola, grand-mère fantasque et jamais mariée, adepte des séances de spiritisme avec ses amies « les sorcières », et prête à tout pour le protéger. Mais il rencontre aussi l’évanescente Lily, enfant autiste aux yeux violets, que les couloirs trop blancs de l’hôpital font paraître irréelle et qui semble pourtant résolue à lui offrir son aide. Porté par l’amour de Lily, perdu dans un univers dont le sens lui résiste, Simon va tâcher, au travers des songes qu’il s’invente en fermant les yeux, de mettre des mots sur la maladie de son père, jusqu’à toucher du doigt une vérité que l’on croyait indicible.

.

.

Mon avis [express]

J'ai moins apprécié ce roman que celui que j'ai précédemment lu de l'auteur (Autobiographie d'une courgette).

.

Le style d'écriture reste semblable à Autobiographie d'une courgette. Le narrateur est un petit garçon, le style est dans ce registre là.

.

Je n'ai pas été touché par le personnage de Lily. Elle a des traits autistiques mais ça ne m'a pas parlé. L'auteur lui fait allumer et éteindre les lumières de manière répétitive, ainsi que d'autres comportements symptomatiques des enfants souffrant d'autisme. Mais en même temps, son comportement général ne cadre pas avec cette pathologie.

On se demande si elle est réelle (pourquoi la faire autiste si elle ne l'est pas ?) ou pas (un fantôme, une hallucination), et je ne me suis toujours pas décidé.

.

Néanmoins, le sujet de la dépression du papa est très bien traité. J'ai trouvé cela très "vrai".

Moi je n'aime pas embrasser des inconnus. Mais, quand on connait bien les gens, c'est comme laisser quelque chose de soi.

Quand une grande personne décide de ne plus parler d'un souci, elle l'enterre si profond que personne n'ose proposer sa pelle.

Retour à l'accueil