En général, vous le savez j'aime les ouvrages de Jean Louis Fournier (cf. mon dernier article). Mais là j'avoue avoir été un peu déçue. Des bons passages mais une impression globale décevante (vis à vis de mes attentes).

C'est une succession de 2/3 pages sur ce qui agace l'auteur : les mauvais croissants de la boulangère, la chaleur, les serveurs vocaux...

Je vous donne quand même mon passage préféré :)

Pourquoi vous avez dit "je me mets à votre place" ?
De grâce, restez à votre place. D'abord, je ne veux pas qu'on se mette à ma place, surtout si c'est une place assise. Si vous vous mettez à ma place, je n'aurais plus de place, où je vais me mettre ? A ma place, il n'y a pas de place pour deux. Vous n'allez quand même pas vous mettre sur mes genoux ?
Vous avez dit ça par sympathie. J'ai eu des malheurs, vous voulez compatir, partager mon chagrin.
Devant le malheur, on n'est jamais à la même place. Comme au théâtre, il y a ceux qui sont aux premiers rangs, aux places les plus chères, et ceux qui sont derrière.
On ne peut pas être malheureux à la place de quelqu'un. Imaginez un homme qui s'enlise. Si vous vous mettez à sa place, vous vous enlisez avec lui. Vous voulez le sortir de là ? Restez à votre place, sur la terre ferme, et tendez-lui la main.

ça m'agace - Jean Louis Fournier
Retour à l'accueil